Précisions de l'auteur.

Publié le par Véronica Liari

Je souhaitais apporter une précision qui ne figure pas dans mon roman et qui confirme, si besoin est, que ma maison a beaucoup "vécu" . En effet, si Saint Léopold ne fut pas occupé par les Allemands en 1914, il n'en fut pas de même en 39-45. Il est resté des traces de leur passage.  
Dans le garage,  des soldats avaient dessiné des fresques murales géantes dont on distingue encore quelques formes.
A l'étage du pavillon rouge, on voit nettement les marques laissées par les fers des bottes sur les contremarches de l'escalier utilisé par les soldats. Ils l' empruntaient pour rejoindre leur dortoir (pièce où Aimée repose dans le roman) et la réserve à munitions qui est notre actuel grenier.
Il s'y trouve certainement beaucoup d'autres signes du passé que nous ne voyons pas ou ne savons pas décrypter...


Les photos et cartes postales anciennes figurant dans ce blog m'ont été procurées par Mme & M. Cornevaux,M. Carciofi et M. Quantin. Je les en  remercie chaleureusement.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article